Moto Club Les LEOPARDS

TRIBUTE TO ALAIN … ou Alain, une légende de la route …

Tout biker qui se respecte le confirmera : il n’y a pas de voyages mythiques sans routes mythiques et il n’y a pas de routes mythiques sans bikers mythiques !

Alain Petit est l’un d’entre eux.

Car cet homme aura vraiment eu plusieurs vies !

De lui, la légende retiendra surtout un authentique héros de la contre-culture. Mais parmi toutes les autres images d’Alain qu’il faut tenter de réconcilier, il y a l’ami de James dit « Dean » dans les années 1950, le «rebelle» des années 1960 qui traîne la nuit dans les bars d’Évreux avec les G.Is de la base américaine, qui connut les œuvres d’Andy Warhol et le lendemain pouvait donner la réplique à John Wayne, l’homme perdu des années 1970, perpétuel exilé et drogué jusqu’à la moelle, le président des années 1980, remis en selle sur sa BSA par les gendarmes et enfin, le «workaholic» réactionnaire des années 1990 et le fourrier méticuleux des années 2000.
Cela fait beaucoup, et il y a de quoi s’y perdre.

Personnage en soi, symbole d’aventure et de liberté accessible à tous, Alain fait parti des légendes qui font rêver, impressionnent, émerveillent ou terrifient, et chaque génération a la sienne.

Certains témoins disent l’avoir croisé sur la Route de la Soie, en compagnie de Marco Polo, il y a déjà au moins 2000 ans.
D’autres l’ont vu encore sur la Route des Yungas en Bolivie, surnommée « la route de la mort », certains sur la Transhimalayenne entre l’Inde, le Tibet et le Népal, avec ses passages de cols à 5000 m d’altitude, et plus récemment sur la RN 7 en France, chantée en 1955 par Charles Trenet « cette route des vacances où l’amour joyeux est là qui fait risette », enfin il était encore, semble-t-il, sur la route du col de la Furka dans les Alpes suisses, comme doublure de James Bond dans Goldfinger !

Il est aujourd’hui bien installé au Moto Club des Léopards, droit dans ses bottes, l’œil vif, un sourire au coin de ses lèvres et bien décidé à prendre toute sa part de la route !

Mon bon Alain, longue vie à toi et à ta pétaradante machine qui fait toujours « un petit bruit »…

2 thoughts on “TRIBUTE TO ALAIN … ou Alain, une légende de la route …

  1. Moi qui le connait bien notre Chibani (50 ans bientôt) je ne le perçois pas vraiment comme ça – C’était prêt mais va falloir que je ré-écrive sa nécrologie !….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.